vendredi 23 mai 2014

"Conte de Putes" : roman trash et gros coup de coeur

Aujourd'hui, je reviens sur un livre choc sorti  il y a peu : Contes de Putes de la finlandaise (et féministe !) Laura Gustafsson.


Déjà, rien que le titre : c'est vulgaire, osé,  intriguant. Question : vais-je assumer de lire ce bouquin dans le tram ?
Oui, car une fois qu'on le commence, on est happé dans cet univers fantasque complétement barjo. Et tant pis pour le regard inquisiteur des autres passagers.

Le pitch :
Il était une fois, sur les cimes de l’Olympe, une déesse nommée Aphrodite. Ayant perdu son bel amant d’un soir, assassiné par un autre de ses prétendants consumé de jalousie, elle voulut se rendre aux Enfers pour l’en ramener. Hélas, une malencontreuse erreur d’aiguillage la fit atterrir dans un tout autre royaume : la Finlande.Il était une fois, à Helsinki, deux femmes, nommées Kalla et Milla, qui faisaient profession de vendre leurs charmes – l’une par dépit, l’autre par vocation. Les trois unies sous la bannière de l’insoumission, de la révolte et de l’humour, décidèrent alors de déclarer la guerre à l’engeance la plus bête et méchante, vulgaire, veule et violente que la terre ait jamais portée : les hommes.

Okay, ça promet. 
 Dès les premières pages, on tombe dans l'absurdité totale. Dans ma tête c'était : " WHAT THE FUCK ? ".  J'avoue que j'ai eu du mal à rentrer dans le livre, au début. Mais je me suis accrochée et au final, j'étais même un peu triste de le refermer (comme quoi !)...
Je me suis attachée aux  trois héroïnes du roman, Aphrodite (oui oui, la déesse, la vraie), Milla, fille lambda qui se prostiue parce que ça paie bien, et Kalla, victime de toujours. Les trois totalement désinhibées veulent en finir avec la domination au sens large du terme. 
On a comparé ce roman à " un Kill Bill littéraire", et je trouve que ça lui va bien. Gustafsson ne prend pas de gants, ou alors des gants de boxe et cogne tout ce qui dérange : patriarcat, exploitation des femmes, religion ...

J'ai aimé aussi le style d'écriture de l'auteur, un peu décousu, mais très rafraîchissant.
Ce roman est une grenade punchy, véritable onde de choc féministe (mais pas ringarde ni prise de tête).
Le ton est drôle, vraiment très drôle, c'est ce que j'ai aimé avec ce livre . 
On ressort de cette lecture avec un sentiment de jubilation, mais aussi un pincement au cœur, car tout ce que décrit Gustafsson (en exagérant tout de même) existe dans notre société...

 En bref, ce roman est vraiment désopilant, je vous conseille, même si  la cause féministe ne vous parle pas plus que ça, tant son approche est originale !


1 commentaire :

  1. Je trouve que cette article est super bien écrit, "Gustafsson ne prend pas de gants, ou alors des gants de boxe" ça m'a bien fait rire et m'a carrément donné envie de lire ce roman: je le rajoute sur ma liste (qui est tellement longue haha) !
    Thumps up pour ce nouveau post :)
    xx

    RépondreSupprimer

Thanks for all your words